Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 Mar

A la lueur d'un photophore Ikea

Publié par labelette  - Catégories :  #Ma vie avec des listes de mots

 DSC09220.JPG

Voici une nouvelle histoire intégrant la liste de mots proposée cette semaine par le blog d'Olivia Billington. Je vous préviens, c'est hyper romantique.

La liste de mots :

douleur – narcisse  – lilas – choix – fiançailles – mensonge(s) – forme – retour – diamant – photophore – tambourinage – branche – reflet – prisme – réitéré(e)(s) – espérance – papillon – souvent – purgatoire – désirable – série – folie – argentier – controverse – peine

"Ma vie avec des listes de mots", épisode 4

La lune était maintenant plus visible que le soleil. La journée s'achevait doucement.

Des papillons dans le coeur, je contemplais mon marido à la lueur du photophore acheté la veille chez Ikea.

C'était la première fois depuis le jour de nos fiançailles qu'il manipulait une éponge, et la vision de ce geste de folie absolue me le rendait plus désirable que jamais.  

Je ne parvenais pas à poser mon regard ailleurs que sur mon marido, subjuguée par son reflet qui commençait à apparaître dans la toile cirée - il nettoyait si bien. J'étais là, assise sur le tabouret en osier offert par mon beau-père, regardant mon homme à travers le prisme d'un souvenir fugace - mais tenace, mais grave fugace - et je me laissais porter par l'espérance qu'il ranimait en moi.

A l'époque de nos fiançailles, il ne s'épargnait aucune peine pour combler mes aspirations profondes, cet inaltérable besoin d'être satisfaite en permanence qui était tout sauf du narcissisme. Chaque matin, il était de retour pour tambouriner à ma porte pendant des heures avec une épaisse branche de lilas. Il savait que je ne pouvais résister à cette agréable sonorité! Parce qu'il avait fait le choix de m'épouser - il ignorait alors que le purgatoire eût été une option plus douce- il était prêt à tout, même à se faire passer pour le grand argentier du royaume des sirènes, ou à subtiliser des diamants en forme de ciseaux à ma voisine - je n'aimais que ceux-là.

J'ai souvent repensé à cette période au cours de laquelle mon marido ne craignait ni la douleur d'un regard méprisant de ma part, ni les controverses qu'il aurait pu faire naître à l'ONU en sollicitant des Casques Bleus pour me protéger.

Ce soir-là, le photophore Ikea jeta un nouvel éclairage sur notre relation. En quelques coups d'éponge, je compris que mon marido pourrait redevenir cet autre-là, celui qui ne craignait pas de balayer le carrelage en hommage à ma renversante tignasse.

Loin d'être un mensonge réitéré, notre union allait enfin pouvoir reprendre son équilibre : lui à l'éponge et moi, dans un jacuzzi. 


Commenter cet article
P

Comme quoi, il n' est jamais trop tard pour passer l' éponge ...
Répondre
L


C'est vrai, la bonne volonté, ça compte toujours.



S

Un mari avec une éponge à la main, c'est précieux comme un diamant ! Faut en prendre grand soin
A moins qu'il ait quelque chose à se faire pardonner ?...
Tu devrais le cuisiner un peu...
Bon dimanche et bises de Lyon
Répondre
L


En fait, j'avais mal vu, c'était pas lui qui passait l'éponge. Je me disais aussi...



C

C'est parce que cette semaine j'étais en retard. Je n'habite pas Paris, non. Mon lien doit être dans les commentaires.
Répondre
O

Je veux ce photophore ! Peut-être que ma relation avec mon (futur-ex) mari prendra un nouvel éclairage.
Répondre
L


Viens le chercher ce soir : le photophore t'attend à la maison et yaura plein de bonnes choses aussi!!!



C

C'est là qu'est la place d'un mari, non, une éponge à la main. Ton texte est drôle. J'aime beaucoup.
Répondre
L


Merci ceriat!


Je voulais t'envoyer un message via ton blog, mais je n'ai pas trouvé le "contact". Habites-tu Paris? 



M

Il y a de l'Ariane, dans cette fiancée-là. Du fond de son jacuzzi, elle te le transmute, l'abo-minable mari, en Fusion Mari, "tenace, mais grave fugace". En marido, quoi. Quelqu'un qui
ré-enchante les éponges. Qui ne perdra plus jamais sa couronne au fond d'un évier. Puis, avec un aplomb désarmant, elle réitère, loin du mensonge, ses éternelles fiançailles. Comme ça.
Tchic-tchac.
Répondre
L


Mouais, sauf que quand j'ai rallumé la lumière j'ai vu que c'était pas du tout lui qui passait l'éponge. 



C

Le photophre Ikéa... le Jacuzzi m'inspire plus que l'éponge...quoique cela dépend avec qui on la passe!


Bonne fin de semaine


@ plus
Répondre
L


je comprends que tu sois plus attiré par le jacuzzi que par l'éponge. Enfin, ça se défend.



J

Le photophore Ikéa, je ne connais rien de plus romantique. 
Répondre
L


Moi non plus. 



V
Attention, à l'éponge dans le jacuzzi : il faut gratter avec le bon côté de l'éponge ;-) Une suggestion pour el Marido :" il ne s'épargnait aucune peine pour combler mes aspirations profondes,"
=> remplacer l'éponge par un aspirateur (de chez Miele) car Ikea n'en fait pas ;-) Bonne journée
Répondre
L


Attends, déjà, qu'il sache bien se servir de l'éponge...



L

On ne devrait jamais cesser de se faire la cour...
Répondre
L


C'est indéniable. 



E

La prochaine fois que je sors, je prends mon éponge. Voyons si je peux provoquer la même émotion que Marido a déclenché en toi ;-) J'espère qu'après le ménage, il aura le droit de te rejoindre
dans le jacuzzi ! Excellente la balade entre souvenir et fantasme pour un futur propre comme un sou neuf !


 


Coincoins ménagers
Répondre
L


Prends ton éponge, et dis-moi le résultat!



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.